top of page

🧘‍♂️ Learn to Meditate

Public·30 members

Le Grand Livre De La Boulangerie [French] Free ... TOP


The Chef is the co-author of two reference books in France and in the world: the Grand livre de la boulangerie and the Grand livre de la viennoiserie (the latter with Olivier Magne, notably), as well as books in Korean: Quel délice ces croissants, Quel délice ces baguettes, Quel délice ces brioches.




Le Grand Livre de la Boulangerie [French] free ...



En revanche, ils oublient les auteurs auto-édités. En effet, l'écrasante majorité des auteurs auto-édités n'a pas accès à la diffusion en librairie. Ils ne présentent que les livres des grands éditeurs qui écrasent et orientent le marché.


Librairie spécialisée jeunesse en zone rurale, nous contribuons à animer notre village avec un festival destiné aux enfants, et la possibilité pour les clients de commander tous les livres et de venir les chercher à la librairie. Ici notre premier concurent est amazon qui contribue au repli sur soi des gens en zone rurale....tout est possible de chez moi, à la fermeture d'esprit au nom soutien du voisin. Je consomme via mon ordinateur vers un grand groupe qui efface le travail de la chaine du livre et fais passer un moeur de recherche pour un libraire. Les auteurs indépendants sont reçu dans la librairie, mais souvent ils prennent conscience lorsque l'on leur propose de signer l'importance du travail colllectif...de la chaine du livre....Amazon ne doit pas tout maitriser, pas de monopole....


Pour assurer un service grossiste de diffusion des livres dans des petits points presse dans des territoires ruraux, notre librairie garantit une diffusion du livre dans des zones très isolées en France. Ce n'est pas Amazon qui remplit ce rôle, ce sont les petits commerçants. On voit d'ailleurs très bien dans les études que cet argument est fallacieux: c'est dans les grandes villes que les gens commandent le plus sur Amazon, ce n'est pas dans les zones rurales où le maillage commerciale est moins dense et où on pourrait croire que c'est là que les gens auraient le plus besoin de commander en vente à distance. La livraison est un service additionnel qui ne vient pas compenser une inaccessibilité du produit pour les consommateurs.


D'un point de vue économique et écologique, le transport individuel des livres a un coût supérieur à celui du transport groupé et il est logique de répercuter ce coût sur le prix d'un achat pour le consommateur final. Contrairement aux idées reçues, les habitants des grandes agglomérations achètent davantage en ligne que ceux des zones rurales. La difficulté d'accès à des points de vente ne constitue pas la motivation première des acheteurs en ligne. La réglementation envisagée permettrait de réguler ces pratiques d'achat en réduisant les commandes à l'unité et leur impact écologique désastreux.


Bonjour, il est important pour moi que le marché du port du livre reste tel qu'il est. Ce serait diminuer les chances des auteurs indépendant et auto publiés comme moi, et cela n'apporterait rien aux librairies indépendantes, seulement la grande distribution en profiterait.


Cette loi va aussi favoriser la grande distribution, qui est déjà le premier vendeur de livre physique en France devant les librairies. Et les auto-édités ne sont pas dans la grande distribution...


* Les auteurs indépendants, qui ont déjà suffisamment de mal à s'en sortir, vont se retrouver à devoir vendre un livre trois euros plus cher. La plupart d'entre eux n'ont pas les moyens de s'offrir une visibilité en librairie et même pour ceux qui le peuvent, la vaste majorité des librairies refuse de mettre en rayon les romans indépendants. Leurs livres coûteront donc d'office trois euros de plus, puisque la totalité (ou quasi totalité) de leurs ventes se fait en ligne. Idem pour beaucoup de petites et moyennes maisons d'édition qui n'ont pas les moyens de s'offrir cette visibilité "physique" et qui vendent énormément via leurs sites internet. Ceci creusera donc les inégalités entre les "grands" qui ont les moyens de se l'offrir et ceux qui ne le peuvent pas.


Je ne suis pas certaine de comprendre l'objectif de cette loi, car comme dit plus haut, elle ne profitera à personne. Elle ne va faire que creuser des inégalités entre lecteurs, entre auteurs, entre maisons d'édition. Elle précipitera sans doute encore plus les lecteurs vers le numérique, ce qui creusera également un plus grand fossé encore entre les librairies et les géants proposant des livres numériques.


Ensuite, je suis autrice auto-publiée et je ne suis pas distribuée en librairies. Mon seul moyen de diffusion de mes écrits réside dans les plateformes en ligne spécialement visées par cette règlementation. Ce n'est pas en créant des obstacles à la distribution des livres au plus grand nombre, à moindre frais, que la situation du marché du livre s'améliorera en France.


Cette mesure est sensée entraver la puissance d'Amazon, mais elle pénalise également ses concurrents Français, comme la FNAC, DECITRE, CULTURA... qui vendent égélement des livres par correspondance. Avant toutes ces entreprises, qui peinent à trouver un équilibre financier et à se développer, et qui ne sont présentes par des boutiques que dans les grandes villes - bien qu'elles vendent aussi énormément sur le Net - il y avait "France Loisir" qui vendait ses livres sur Internet et qui a fermeé ses portes car ses ventes ont chutté drastiquement. Augmenter le prix de livraison des livres à 3 euros arbitrairement, c'est tuer l'activité de ces grandes enseignes françaises également sur Internet.


Je l'ai dit, nous sommes des milliers d'auteurs indépendants qui écrivons et distribuons nos ouvrages via Internet uniquement, car l'industrie du livre nous ferme ses réseaus de distribution. Malgré cela, nous sommes des concurrents à des Musso, Levy, Nothomb et autres auteurs édités par des grandes maisons, car nous grignottons quelques parts de marché. Nous tuer, c'est aussi réduire l'offre littéraire disponible, ne plus offrir que des grands auteurs de grandes maisons d'éditions aux lecteurs et ne plus avoir de concurrents, ni d'ouvrages différents, varié. C'est tuer la diversité littéraire. Alors que nous mettons un point d'honneur à fournir des ouvrages de qualité différents des grands auteurs. Nous tuer, c'est donc pour les grandes maisons d'édition s'assurer un chiffre de vente supérieurs de leurs dizaines d'auteurs (contre les milliers que nous sommes). 041b061a72


  • About

    Welcome to the group! You can connect with other members, ge...

    bottom of page